DRP vient d’organiser en juin-juillet 2020 une pétition record à Neder Over Heembeek ( NOH) : 1300 signatures sur papier ! NON au tram, OUI au bus.

A Neder Over Heembek (partie Nord de Bruxelles ) la STIB veut installer une nouvelle ligne de forte capacité en accord avec le développement important de cette partie de Bruxelles-Ville (logement, écoles, entreprises, etc..) .Bien d’accord …évidemment !

MAIS la STIB veut construire cette nouvelle ligne pour des …TRAMS, donc par des travaux lourds et longs (on parle de 3 à 4 ans) …

 

Pendant cette longue période de travaux, le « Droit de Rouler et de Parquer  » est interrompu dans les rues concernées sur plusieurs kilomètres et surtout les commerçants sont gravement handicapés.

Et construire ce site pour trams coûte un supplément de 25 millions par rapport à un site pour bus !  Hello, contribuables, on accepte cela ?

OUI, notre pétition est par signatures sur papier car les pétitions en ligne reçoivent des signatures de tas de gens non impliqués et qui soutiennent par idéologie Il faut savoir qu’un certain lobby dispose d’une réserve de 22 000 noms qu’ils peuvent mobiliser pour venir grossir des pétitions en ligne ! Ici, ce fut exigeant pour nos équipes mais la réussite de 1300 signatures sur un total de  500 maisons ou bâtiments d’habitation dans les rues de Heembeek, Fr Vekemans (trajet retenu pour la nouvelle ligne) est un véritable plébiscite pour le choix du bus,

 

Sous l’impulsion de la STIB, scotchée aux trams (même dans de petites rues étroites, comme à NOH !), les leaders politiques se sont laissé convaincre que seulement le tram peut acheminer le « grand » nombre de voyageurs prévu : c’est très contestable et CLIQUEZ ICI pour en voir la preuve dans une note de DRP

En outre, par cette pétition, on voit que si on confirmait l’orientation pro-tram, on se dresserait clairement CONTRE la volonté quasi unanime des commerçants et riverains localisés le long du trajet de cette nouvelle ligne.

CLIQUEZ ICI pour lire l’article du 9 juillet 2020 dans le journal La Capitale

Retour haut de page